Nous vous informons que les places des vendredi, samedi et dimanche sont toutes réservées.
Il est possible de réserver des places pour le jeudi uniquement.

Pour réserver vos places en tribune couverte, vous devez envoyer un email de réservation à Axel Mars.

Vous trouverez la feuille des tarifs 2024 pour le jeudi ici.

Le reste des tribunes et du site sont en accès libre.

Nous vous informons que les places des samedi et dimanche sont toutes réservées.
Il est encore possible de réserver des places pour les jeudi et vendredi.

Pour réserver vos places en tribune couverte, vous devez envoyer un email de réservation à Axel Mars.

Vous trouverez la feuille des tarifs 2024 pour les jeudi et vendredi ici.

Le reste des tribunes et du site sont en accès libre.

 

Le 15/01/2024
OUVERTURE BILLETTERIE 2024 TRIBUNE COUVERTE

Pour réserver vos places en tribune couverte, vous devez envoyer un email de réservation à Axel Mars.

Vous pouvez télécharger la feuille des tarifs 2024 ici.

Le reste des tribunes et du site sont en accès libre.

Le 08/01/2024
INFORMATION BILLETTERIE 2024 TRIBUNE COUVERTE

Nous vous informons que la billetterie de la tribune couverte sera ouverte le lundi 15 janvier à 8h00.

Nous vous informerons de la modalité de réservation des places à ce moment-là.

Vous pouvez dès à présent télécharger la feuille des tarifs 2024 ici.

Le reste des tribunes (non couvertes) et l’ensemble du site sont en accès libre.

 

 

Emeric GEORGE (FRA) et Dune du Ru remportent le Derby de Bretagne
et assurent le suspense

 

Le Jumping de Dinard s’est poursuivi avec 6 épreuves, deux sur le terrain en sable et quatre sur le terrain en herbes dont le mythique Derby de Bretagne. Cette année encore, il a maintenu le suspense jusqu’au dernier partant pour le plus grand plaisir du public.

CSI1*, doublé pour Elsbeth Goltz, Monaco aux honneurs.  

Toujours sur le terrain d’honneur comme depuis le début de cette compétition, les cavaliers amateurs devaient pour la première fois réaliser un sans faute pour prendre part à la phase finale de l’épreuve sur 1,15m et se voir récompensés par L’institut Esthederm, fidèle partenaire du Jumping de Dinard. 17 des 32 couples au départ eurent ce privilège. La cavalière irlandaise Elsbeth Goltz, en selle sur Iris, sa jument KWPN de 10 ans, gagnante de l’épreuve à 1,15m la veille, réitère la performance en signant le meilleur temps des onze sans fautes (40’’77), également réalisé par sa compatriote Aisling Byrne, aux commandes de Celeste SPB Z, avec laquelle elle partage la victoire. L’américaine Mary Wickstrom, en selle sur Lardarello, complète le podium.    

Les 50 cavaliers les plus expérimentés de cette catégorie s’affrontaient ensuite, grâce au précieux soutien de l’iconique Hôtel Royal Emeraude, sur un parcours surélevé à 1,25m. 21 d’entre eux, ayant signé un sans faute disputaient un barrage endiablé dominé par la cavalière monégasque Marie Eder Ferreiro, aux rênes de sa jument BWP de 8 ans, Jina Van’t Athof, suivie de Camille Fuzeau Thomas/Emingway, et Caroline Roger/Utopia du Rouet. Guillaume Canet, fidèle de l’événement, classe James Bond du Bec en 6ème position.

CSI3*, Alix Ragot vainqueur dans un barrage à sept

Dans le Prix CRE Bretagne (Comité Régional d’Equitation), ultime épreuve pour ce label avant le Grand Prix de dimanche, les 52 couples en lice, représentant onze nations, étaient tenus de réaliser un tour parfait pour prétendre au barrage. Ce ne fut pas une mince affaire, puisque seuls sept couples y parviennent, tandis que quatre sont éliminés et cinq décident d’abandonner. Sur le parcours réduit du barrage qui permettait aux finalistes de galoper à leur aise, Robin Lesqueren/FBI d’Ellipse, Alexandra Amar/Lyon Van de Plataan (SUI), Jean Le Monze /Famoso du Sillon, Philippe Rozier/Dirty Sweet, Carlos Hank Guerrero/HS Ganesh SH Hero Z, et Nicolas Delmotte/Jeck K réitèrent le sans faute. Mais le chronomètre, implacable, désigne comme vainqueur Alix Ragot associé à Diaz de Ush avec près d’une seconde d’avance sur ses poursuivants.

CSI5*, Le prix l’Eperon – Charles de Cazanove, et de deux pour Conor Swail

Trente sept des stars qui avaient fait le déplacement pour cette édition 2023 étaient au départ du prix l’Eperon – Charles de Cazanove, jugé au chronomètre sur des obstacles à 1,50m. Cet ultime parcours avant le Grand Prix Rolex de demain était davantage l’occasion de procéder aux derniers ajustements plutôt que de chercher à tout prix à abaisser le chronomètre. Parmi les douze sans faute, la victoire revient à l’irlandais Connor Swail, déjà vainqueur de l’épreuve 5* du jeudi  27, avec la même monture, Theo 160, un Holsteiner de 11 ans, qui signe un chronomètre plus rapide de près de deux secondes que son compatriote Shane Sweetnam, associé à Out of the Blue SCF, tandis que le belge Gilles Thomas classe Feromas Van Beek Z en troisième position.

Top 7, la finale !

L’épreuve parrainée par le Groupe Lamotte et l’Elevage d’Helby de la famille Lamotte venait clôturer trois jours de compétition et sacrer le meilleur des 44 jeunes espoirs de 7 ans. Au menu, un tour initial sur 1,40m suivi d’un barrage pour les 17 sans fautes. Nicolas Layec, talentueux cavalier maison des écuries de Bruno Rocuet, mène à la victoire le hongre  Georgio Louvo Z (ISO 139/2022) fils de George,  alias GeorgeZ (SBS), lui-même fils de Kannan et de la célébrissime BWP Usha Van’t Roosakker, croisé avec Braise Louvo par Quintus d’09 (BWP), né chez Yves Berlioz, éleveur basé au Haras des Louveaux au Molay Littry (14) où 15 à vingt poulains naissent chaque année,  reconnu pour sa production de qualité, notamment grâce à Opgun Louvo, champion du monde de concours complet lors des JEM de 2014 avec Sandra Auffarth. Nicolas Layec, enchanté de son protégé, le soulignait en souriant « Mine de rien il y avait beaucoup de sans fautes, j’avais la chance d’être le dernier à partir, j’ai tout donné, je n’avais rien à perdre, et un seul objectif, être vite et sans faute. » Deuxième à près de deux secondes, Gergovia, SF issue du croisement entre Contendro *GFE et Carlita par l’Arc de Triomphe, né chez Henriette Evain à La Cour Bonnet (14), et confiée aux rênes expertes de Valentin Besnard. Sous la selle d’Alix Ragot, très en forme ce week end, Gotcha de Baerenrain, SF fille de Vagabond de la Pomme et Light and Esay par Fetiche du Pas. Dans les années à venir, ces champions en formation reviendront fouler les terres dinardaises pour s’affronter sur les plus belles épreuves.

Le Derby de Bretagne : Emeric George (FRA), l’expérience a parlé !   

Epreuve mythique de ce Jumping de Dinard, le Derby de Bretagne, proposé comme le veut la tradition sur un parcours identique chaque année par Jean François Morand sur des cotes à 1,45m,  réunissait lors de cette édition 16 couples parmi les plus téméraires, bien déterminés à boucler les 1100 mètres d’un parcours émaillé de 25 efforts composés d’obstacles mobiles et naturels tels que buttes, talus,  gué et banquettes, soit 600 mètres et une dizaine de sauts de plus que sur un parcours classique. La veille, les cavaliers avaient eu l’opportunité de familiariser leurs montures avec le fameux gué situé au cœur du terrain, tout à côté de l’impressionnante pergola. Comme chaque année, des milliers de spectateurs, friands de ce spectacle de plus en plus rare sur le circuit international, s’étaient assurés dès le début de l’après midi une place autour du terrain d’honneur du Val Porée, resplendissant dans sa décoration rose fuchsia.

Pour assister au premier sans faute (en 171’’07), il aura fallu attendre le passage du 12ème couple en lice, le champion olympique suisse Steve Guerdat, récent vainqueur du Derby de Falsterbö, cette fois en selle sur Easy Star de Talma, âgé seulement de 9 ans, issu du croisement du crack Quick Star et de Talma de Toscane par Opium de Talma, concocté par Michel Guiot, par ailleurs président de la Société Hippique Française.  Mais il restait encore deux sérieux candidats à la victoire, dont le très expérimenté Nicolas Delmotte, réputé pour être rapide, et ce fut le cas avec sa complice du jour, Denerys du Montceau, 10 ans, fille de l’Arc de Triomphe* Bois Margot et Niobe de Nantuel par Rox de la Touche, qui vient détrôner le champion helvétique en signant un splendide sans faute en un temps de 167’’01. Le public n’aura pas regretté d’être resté jusqu’au bout de ce Derby 2023, en dépit d’une ondée persistante, car le dernier à prendre le départ, Emeric George, ex cavalier de concours complet de haut niveau, a mis en application toute son expérience sur ce parcours composé en partie d’obstacles naturels, aux commandes de  Dune du Ru, 10 ans, fille de Vagabond de la Pomme et Sirène de la Motte par Apache d’Adriers, qui met tout le monde d’accord en signant le troisième sans faute du jour en un temps de 159’’89 et empoche la victoire.

Ils ont dit…

Steve Guerdat, 3ème, confiait s’être régalé tout au long du parcours avec son partenaire du jour qui n’avait jamais sauté un obstacle fixe de sa vie avant l’année dernière, mais « adore ça », et apprécier particulièrement ce type d’épreuves, qui « fait du bien aux chevaux, se rapproche de la nature même de notre sport, et change un peu des parcours habituels qui deviennent parfois ennuyeux pour les spectateurs comme pour nous cavaliers. Il est dommage que les derbys disparaissent de plus en plus des programmes » concluait Steve Guerdat, qui confirme son net penchant pour les chevaux français qui correspondent à son équitation.

Nicolas Delmotte, 2ème, rend hommage à sa jument qui a « sauté magnifiquement » mais qu’il sentait légèrement fatiguée sur la fin du parcours. « C’est pourquoi je n’ai pas accéléré sur la fin, et même ralenti un tout petit peu pour qu’elle reprenne son souffle. Bien sûr c’est toujours une petite déception de ne pas gagner, mais 2ème c’est aussi très bien. J’ai choisi d’engager Denerys du Montceau car elle avait déjà couru le Derby de la Baule, elle est très compétitive sur ce niveau. Dès qu’une épreuve comme celle-ci figure sur le programme, et que j’ai le cheval pour, j’y participe car c’est agréable à monter, surtout ici grâce à ce public très enthousiaste et connaisseur. J’avais anticipé l’entraînement de Denerys pour éviter qu’elle soit surprise. Le Derby est une excellente façon de faire évoluer certains chevaux » concluait Nicolas Delmotte.

Emeric George, vainqueur, « J’avais couru le Derby avec cette même jument l’année dernière, j’ai visionné la vidéo, cette année elle a gagné en maturité. Elle a beaucoup de sang et d’énergie, elle est très courageuse, dès notre première expérience sur ce type de parcours, j’ai senti qu’elle était faite pour cela, et par ailleurs1,45 m n’est pas le maximum de ce qu’elle peut faire, et aujourd’hui je peux me permettre de prendre davantage de rythme et de la relancer. Malheureusement, les Derbys, que j’aime beaucoup, sont des épreuves qui se raréfient, car c’est un exercice ludique pour les chevaux qui n’est pas du tout incompatible avec les épreuves classiques, et très utile dans leur formation vers le haut niveau. » Emeric George rendait hommage à la famille Mars, dont il fait partie, pour lui avoir donné l’opportunité, de participer à son premier CSI5* à Dinard et d’y revenir chaque année,  ainsi qu’au public.

Crédit photo : Eric Knoll / Jumping International de Dinard

La 111ème édition du Concours Hippique de Dinard, piloté de main de maître par la famille Mars depuis 2013, débutait sur les chapeaux de roues en ce jeudi 27 juillet dès 8h15, copieusement humecté par les célèbres « grains » bretons. Au programme, sept épreuves ouvertes aux labels des CSI1*, 3*, 5* ainsi qu’aux futurs champions de 7 ans.

CSI1*, trois chances de briller

Les amateurs du CSI1* disposaient de trois chances de briller dès ce premier jour. L’institut Esthederm, représenté par Caroline Morise, avait le plaisir de récompenser le plus rapide de cette épreuve en deux phases sur 1,10m, Thierry Pigeon, associé à la bien nommée Victoire d’Origny, dont la fille, Lucia, se classait en 4ème position. Egalement disputé sur le terrain d’honneur, le Prix Vent de Voyage, sur des cotes à 1,30m et au chronomètre, revient au français Quentin Richard en selle sur Airfly Beau Présage. L’épreuve soutenue par Ouest Bardage Couverture constituait la dernière chance de décrocher un podium pour les cavaliers du label 1*. La toute jeune Zoé Vageon Ledy, 13 ans, déjà victorieuse en 2022 des trois épreuves de ce niveau, s’impose cette année encore aux commandes de Fée de Gruse, un début de concours encourageant pour la cavalière seine et marnaise basée au Haras des Brulys, fief de la famille Bost.

CSI3*, deux épreuves au chrono

Les 56 couples du label 3*, représentant dix nations différentes, avaient l’honneur d’ouvrir les débats sur le mythique terrain en herbe du stade du Val Porée dès 8h15 dans une épreuve au chronomètre à 1,45m en hommage à la regrettée Véronique Gauthier. Le contingent tricolore affiche sa grande forme et sa détermination en trustant les six premières places, grâce aux couples Julien Gonin/Estrella de la Batta, Nicolas Delmotte/Baladin des Matis, Edward Levy/Igins du Seigneur, Cedric Hurel/Fantasio Floreval Z, Marc Dilasser /Dagon des Baleines et Philippe Rozier/Prestigio LS La Silla. Dans l’après midi, 13 des 67 engagés avaient renoncé à braver la pluie pour disputer le prix Yneia, couru sur 1,40m au chronomètre, et dont la victoire revient à lacavalière américaine Heather Caristo-Williams, en selle sur Celtic Hero BZ, qui signe le plus rapide des seize sans fautes du jour.

CSI5*, victoire irlandaise

En raison des conditions météo, la première confrontation au sommet du label 5*, aux couleurs du Conseil Départemental d’Ille et Vilaine, avait migré du terrain d’honneur en herbe vers la carrière en sable, très porteuse malgré les précipitations. Objectif, pour les 43 couples en lice (sur 68 engagés) : trouver la clé du parcours en deux phases à 1.45m proposé par Jean François Morand et son équipe. Comme très souvent sur le premier tour d’une compétition à ce niveau, certains se contentaient de familiariser leurs montures avec la piste, tandis que d’autres décidaient de jouer le chrono pour tenter de décrocher une partie de la dotation de 26 200 €, généreusement offerte par le parrain de l’épreuve. Ce fut notamment le cas de l’irlandais Conor Swail, avant dernier à prendre le départ, qui signe le plus rapide des 22 sans fautes avec Theo 160 et décroche une très belle victoire pour sa première participation au Jumping de Dinard. Quelques minutes auparavant, Edward Levy, aux commandes de Vitôt du Château, était venu détrôner Julien Gonin, déjà vainqueur d’une l’épreuve du CSI3* dans la matinée. leader de l’épreuve de bout en bout avec Caprice de Guinfard, qui doit se contenter de la troisième place. Coup de chapeau à François Xavier Boudant associé à GFE Eden du Rouet qui s’adjuge la 4ème place devant l’italien Emanuele Gaudiano et Crack Balou.

 

Top 7, les futurs cracks en lice

Le Prix Top 7, tracé sur un parcours à 1,30m par Jean-Philippe Desmaret et ses équipes, permettait aux 45 espoirs âgés de sept ans de prendre leurs marques sur la carrière en sable paysagée avec soin par l’équipe organisatrice. Pas moins de 33 d’entre eux bouclaient cette première étape sans faute. Demain, nouvelle confrontation pour cette génération, toujours sur le sable mais cette fois au chronomètre lors de l’épreuve parrainée par le Groupe Fabrice Georgelin, une opportunité très appréciée des cavaliers de haut niveau de rôder leurs plus jeunes montures.

Afin de préserver le bien-être des chevaux et cavaliers, l’organisation avait pris l’heureuse initiative de délocaliser les remises des prix au magnifique bar à champagne surplombant les deux pistes, l’endroit rêvé pour célébrer les victoires du jour !

26/07/2023 ; Dinard ; International Jumping of Dinard ; presentation ; friday csi5 1m55 ; 577, ILIANA, Henrik VON ECKERMANN ; Sportfot

Grâce à une météo nettement plus clémente que la veille, et des températures idéales pour les chevaux mis à l’effort, le programme du Jumping International de Dinard de ce vendredi 28 juillet, concocté avec soin, a permis à l’ensemble des cavaliers amateurs et professionnels d’exprimer tout leur potentiel.

CSI1*, Belgique, Colombie et Mexique aux honneurs

Les amateurs disposaient de trois épreuves jugées au chronomètre pour exprimer leur talent sur le splendide terrain d’honneur, préservé en partie hier après midi. Dans le prix Institut Esthederm, sur 1,15m, la victoire revient à la cavalière belge Elsbeth Goltz associée à Iris, la plus rapide des huit sans fautes, qui devance de plus d’une seconde Joy Alison Fournier Laroque/Canao du Lohic, ainsi que six autres tricolores. Le challenge proposé par Emeria Dinard Thalasso & Spa sur 1,25m est relevé brillamment par le colombien Jorge Hulberto Gomez Pelaez aux commandes de Kyrol, qui devance quatre tricolores, dont Camille Fuzeau Thomas qui truste les deux autres places du podium avec Vahiné de Levaux (2ème) et Emingway CT (3ème). La plus grosse épreuve du jour pour ce label, courue sur 1,35m et parrainée par Vertikal Management, est enlevée par la Mexicaine Federica Fernandez associée à VIP, avec quatre secondes d’avance sur le reste des huit sans fautes.

CSI3*, François Xavier Boudant et Martin Fuchs sur le podium

Les 58 cavaliers du CSI 3* débutaient cette deuxième journée de compétition en s’affrontant sur le Prix du Conseil Municipal de Dinard en deux phases sur 1,40m, remporté par François Xavier Boudant, le plus rapide des 32 sans faute avec Egoki, qui devance Rodrigo Pessoa /Chili, et Thomas Rousseau/Folie d’Helby. Second challenge du jour pour ce label, briller dans le Prix Defender sur un parcours rehaussé à 1.50m, à boucler le plus vite possible. Défi relevé de main de maître par le suisse Martin Fuchs, vainqueur du Grand Prix Rolex en 2021 avec Conner et en 2022 avec Leone Jei, qui avait sellé Viper Z pour l’occasion, et s’impose avec une seconde d’avance sur le belge Jérôme Guéry et Enjoy d’Eole, tandis que Nicolas Delmotte et Baladin des Matis est le meilleur des quatre français qui suivent au classement.

CSI5*, Edward Levy et Henrick Von Eckermann remportent les épreuves du jour

Prix Cordon Group

Le fidèle public de Dinard, découragé par la pluie hier, n’aurait pour rien au monde manqué son rendez- vous avec le grand sport en ce deuxième jour. Après une mise en jambes hier sur la carrière en sable, les plus capés de cette édition 2023 foulaient pour la première fois le terrain d’honneur en herbe dans le Prix Cordon Group tracé par Jean François Morand sur 1,45m. Objectif, laisser toutes les barres sur les chandeliers, et réduire le temps au maximum. A ce petit jeu, parmi les 17 couples qui franchissent la ligne d’arrivée sans fautes aux obstacles, c’est l’expérimenté Edward Levy qui tire le mieux son épingle du jeu avec son vibrant Vitôt du Château, et l’emporte devant Julien Gonin, décidément très en forme sur cette édition 2023, cette fois aux commandes de Valou du Lys, tandis que le belge Gilles Thomas et Feromas Van Beek Z complète le podium.

Prix Mars & Co

Les choses très sérieuses commençaient en fin d’après midi lorsque les quarante stars de la discipline, associés cette fois à d’autres montures, s’affrontaient sur l’épreuve phare du jour, le Prix Mars & Co, sur un tour à 1,55m, jugé au barême A avec barrage. Consigne, éviter la faute ou le dépassement de temps afin d’être retenu pour la phase décisive et tenter de décrocher une partie des 60 000 € offerts pour l’occasion.

Si le parcours proposé par les équipes de Jean François Morand était comme à l’accoutumée soigneusement dosé pour ne pas mettre les chevaux inutilement en difficulté, il n’en restait pas moins délicat à boucler dans le temps imparti et sans faute aux obstacles, puisque 14 des 40 couples en présence se qualifiaient pour un barrage qui promettait d’être âprement disputé. Ce fut le cas, pour le plus grand plaisir du public, massé dans les tribunes pour admirer cette confrontation au sommet.

Le magnifique sans faute de Julien Epaillard avec Dubaï du Cèdre, premier à prendre le départ, avait semblé rapide, mais étant donné la qualité du plateau de cavaliers en présence, il fallait s’attendre à une lutte acharnée pour décrocher la coupe du vainqueur. Le n°1 mondial suédois Henrick Von Eckermann et sa jument Iliana s’était installé en tête assez rapidement (36’’87) devant les belges Gregory Wathelet associé à Nevados S (36’’97), et Jérôme Guéry en selle sur Floris TN. Ni le suédois Jens Fredricson/Diarado’s Rose Elith, ni l’allemand Daniel Deusser/Killer Queen VDM, ni même le champion olympique suisse Steve Guerdat /Double Jeu d’Honvault n’auront été en mesure de modifier ce podium provisoire au pied duquel se retrouve Julien Epaillard, n°2 mondial. Un très beau moment de sport offert par une partie des meilleures cravaches du moment, en guise de répétition pour le Grand Prix Rolex de dimanche qui promet d’être palpitant.

Le Top 7 Victoire de l’écurie Rocuet

Si le premier jour les 45 jeunes chevaux de 7 ans avaient pris tout leur temps pour découvrir la carrière en sable, l’épreuve de ce vendredi présentée par le Groupe Fabrice Georgelin se disputait au chronomètre sur des cotes à 1.35m. Double enjeu donc, ne pas effleurer la moindre barre et réduire le temps au maximum. 16 d’entre eux réussissent à boucler le parcours sans faute, mais sur cet exercice délicat, surtout pour des chevaux encore en formation, le couple le plus habile est formé de la jument Gigi, fille de Aktion Pur Z x et la Luna du Thot par Flipper d’Elle, confiée par son propriétaire Bruno Rocuet à son cavalier maison Nicolas Layec. Galax du Rouet étalon fils de Lauterbach et Souche du Rouet par Qaprice Bois Margot, piloté par Robin Lesqueren, suivi de Genius de Rance, hongre issu du croisement de Quitus d’Armanville et Venus du Reverdy par Quick Star, complètent le podium.

Demain samedi, six épreuves au programme, parmi lesquelles le mythique Derby de Bretagne premier temps fort de ces quatre jours.