Nous vous proposons de le télécharger ici

Nous vous proposons de le télécharger ici

Nous vous proposons de le télécharger ici

Photo credit D2L / jumping international de Dinard

Le mercredi c’est la journée de l’inspection vétérinaire qui donne le GO de la nouvelle édition du Jumping International de Dinard.

110 ème édition du jumping, le site du val porée est paré de rose, les cavaliers au nombre de 257 parmi les tous meilleurs mondiaux, accompagnés de plus de 380 chevaux ont répondu présents encore cette année.

Un plateau sportif de rêve, pour ne citer que certains d’entre le numéro 1 mondial Martin Fuchs         (SUI),vainqueur de l’édition 2021 du Rolex Grand Prix ville de Dinard, Henrik von Eckermann (SUE) numéro 2 mondial, Steve Guerdat(SUI) champion olympique en 2012, et la France est très bien représentée avec les champions olympiques de Rio, Roger-Yves Bost et Pénélope Leprevost, Julien Epaillard tout récent sélectionné pour les prochains championnats du monde de Herning au Danemark sans oublier la jeune génération avec Mégane Moissonier et François-Xavier Boudant pour ne citer qu’eux.

Début des épreuves jeudi 28 juillet 2022 à 08h30 avec une épreuve réservée aux jeunes chevaux sur le grand terrain en herbe et 11h avec une épreuve label 3*** d’une hauteur de 1.45m.

L’ensemble des épreuves peut être suivi en direct sur le site du concours hippique https://www.jumpingdinard.com et les résultats sur https://results.worldsporttiming.com/event/110

Nous vous proposons de le télécharger ici

Le 25/07/2022
INFORMATION BILLETTERIE TRIBUNE COUVERTE

Nous vous informons que la billetterie par email pour la tribune couverte est définitivement fermée.

Il n’y a plus de place disponible pour le samedi 30 et le dimanche 31 juillet dans cette tribune couverte.
Pour réserver vos places pour le jeudi et le vendredi, vous pourrez le faire à partir de jeudi matin, directement depuis la boutique des Estivales dans le village Exposant. Il reste quelques places de disponibles dans cette tribune couverte.
Vous pouvez télécharger la feuille des tarifs 2022 ici.

Le reste des tribunes et du site sont en accès libre.

Jumping de Dinard 2021. Rolex Grand Prix de Dinard.
Martin FUCHS (SUI). CONNER 70
Photographie Eric KNOLL

Lors du Jumping International de Dinard, Martin Fuchs (SUI), qui fêtera son trentième anniversaire le 13 juillet, aura à coeur de défendre son titre de vainqueur du Rolex Grand Prix qu’il remportait avec Conner Jei (Conner 70) en 2021.

Fils du cavalier international Thomas Fuchs et de Renata, championne de Suisse élite en 1980, neveu de Markus Fuchs, Martin a rapidement marché dans les traces de ses aînés. A 18 ans, il remporte l’or par équipes aux Jeux olympiques de la Jeunesse à Singapour en 2010 avec Midnight Mist. Depuis, Martin Fuchs n’a cessé d’enchaîner les succès. Avant d’aborder le très haut niveau en catégorie senior, le jeune prodige avait déjà glané neuf médailles européennes chez les Children, Juniors et Jeunes cavaliers.

En 2014, il est sacré champion de Suisse senior et remporte son premier Grand Prix 5* à Paris. En 2017, il pointe à la 4e place de la Finale Coupe du monde à Omaha avec son fidèle gris Clooney 51, avec lequel il participe également à la 4e place de l’équipe suisse lors de la Finale de la Coupe des Nations. En 2018, toujours avec Clooney 51, il est sacré vice-champion du monde aux Jeux Equestres mondiaux de Tryon et en 2019, il décroche l’argent à la Finale Coupe du monde de Göteborg, la médaille d’or à l’Euro de Rotterdam et remporte sa première victoire du Rolex Grand Prix du CHI de Genève. Une nouvelle performance qui contribue à le hisser à la tête du classement mondial en janvier 2020. En 2021, Martin remporte le Rolex Grand Prix de Dinard avec Conner Jei, qui a rejoint ses écuries depuis novembre 2020. Quelques semaines plus tard, le Suisse se pare d’argent en individuel et d’or par équipes au championnat d’Europe de Riesenbeck avec Leone Jei. Martin Fuchs continue sur sa lancée et s’impose une nouvelle fois lors du CHI de Genève 2021 avec Leone Jei.

La saison 2022 a débuté sous les meilleurs auspices pour le cavalier Suisse qui s’est adjugé la victoire dans la finale de la Coupe du Monde 2022 à Leipzig avec Chaplin et The Sinner en avril, puis a remporté, en juin, le Grand Prix CSIO5* de Saint-Gall avec Conner Jei.

En 2021, lors de sa victoire dans le Rolex Grand Prix de Dinard, premier grand prix à ce niveau pour Conner Jei, Martin Fuchs confiait : « Conner est sans doute l’un des meilleurs chevaux que j’ai eu l’occasion de monter à ce jour ». Tous les voyants sont au vert pour le jeune prodige Suisse, Témoignage Rolex depuis 2018, attendu au Jumping international de Dinard, du 28 au 31 juillet prochains.

Steve Guerdat (sui) – Crédit E. Knoll

Du 28 au 31 juillet, le stade du Val Porée paré de rose pour l’occasion, accueillera les meilleurs cavaliers et chevaux de saut d’obstacles pour son traditionnel Jumping international de Dinard. Un rendez-vous incontournable du calendrier équestre mondial, qui fait chaque année le plein de champions !

En effet, nombreux sont les médaillés olympiques qui, un jour, ont foulé cette mythique piste en herbe du Val Porée. A commencer bien sûr par l’équipe de France médaillée d’or aux JO de Rio en 2016. Depuis, Kevin Staut, Pénélope Leprevost, Philippe Rozier et Roger-Yves Bost, manquent rarement le concours breton et ils ne sont pas les seuls. Depuis des années, le Jumping international de Dinard reçoit la visite du gratin de la discipline. Et l’année 2022 ne dérogera pas à la règle.

Les spectateurs du Jumping international de Dinard ont déjà pu assister aux performances des cavaliers d’Outre-Atlantique, Elizabeth Madden et Kent Farrington, médaillés d’argent par équipe aux JO 2016 ou encore du Hollandais Marc Houtzager, médaillé d’argent par équipe aux JO de Londres en 2012. L’Allemand Christian Ahlmann, médaille de bronze par équipe aux JO 2016, a fait une halte à Dinard, quelques mois avant l’échéance olympique, où il s’est d’ailleurs adjugé le prestigieux Grand Prix. L’équipe Belge médaillée de bronze aux JO de Tokyo en 2021 : Gregory Wathelet, Jérôme Guéry et Pieter Devos a elle aussi foulé la piste en herbe du Val Porée. Le champion olympique 2012, le Suisse Steve Guerdat, s’est aventuré en terre bretonne en 2017. Cette même année, il se classait 7e du Rolex Grand Prix. Depuis, le Suisse n’a pas manqué une occasion de revenir au Jumping international de Dinard, croisant notamment en 2018, McLain Ward, vainqueur du Rolex Grand Prix de Dinard, mais surtout médaillé d’argent par équipe à Tokyo l’an dernier. A noter que le Rolex Grand Prix de 2018 a vu pointer à la 2e place l’un des membres de l’équipe parée d’or olympique en 2021 : le Suédois Henrik Von Eckermann et qu’il a été aussi le témoin d’une belle performance du champion olympique 2008, le canadien Eric Lamaze

D’autres encore ont également galopé sur la mythique piste du Val Porée : Pierre Durand, médaillé d’or aux JO de Séoul en 1988, associé à l’époque à son légendaire Jappeloup, a fait l’honneur de sa présence lorsque le concours breton était encore labellisé CSIO de France. De même le Brésilien multi médaillé Rodrigo Pessoa, champion olympique 2004 avec son célèbre Baloubet du Rouet ou encore celui qui allait revenir de Rio avec une médaille d’or individuelle : le britannique Nick Skelton associé à son talentueux Big Star.

Depuis 110 ans, le Jumping international de Dinard contribue à écrire l’Histoire du saut d’obstacles mondial pour le plus grand plaisir des passionnés et du public qui ne s’y trompe pas.

Le 16/07/2022
INFORMATION BILLETTERIE TRIBUNE COUVERTE

Nous vous rappelons que la billeterie ne concerne que la tribune couverte.
Nous vous informons qu’il n’y a plus de place disponible pour le samedi 30 et le dimanche 31 juillet dans cette tribune couverte.
Pour réserver vos places pour le jeudi et le vendredi, merci d’envoyer un email à Axel MARS.
Vous pouvez télécharger la feuille des tarifs 2022 ici.

Le reste des tribunes et du site sont en accès libre.

Le Derby de la Laiterie de Montaigu, un défi relevé par Andres Verrecke

Lors de cette édition 2021, la Laiterie de Montaigu, fidèle partenaire du Jumping International de Dinard depuis près de dix ans, associait pour la première fois son nom au spectaculaire Derby. Une épreuve labellisée CSI3*, qui attire chaque année une foule enthousiaste de connaisseurs au coeur du stade équestre du Val Porée.

Treize couples de huit nationalités différentes avaient choisi de relever le défi technique. Le chef de piste Jean-François Morand avait concocté à leur intention un parcours long de 1100 m, soit près du double d’un tracé classique, émaillé de vingt et un obstacles (24 sauts) à 1,45m, à la fois mobiles de type verticaux, oxers… mais aussi naturels et donc fixes tels que buttes, contrebas, haies, rivière et talus breton. Le tout à franchir sans faute et dans un temps imparti de tempo soutenu de 176 secondes.
Après avoir bouclé le seul parcours sans pénalité en un temps de 171’’31, le cavalier belge de 24 ans, Andres Vereecke, s’est imposé aux commandes de sa jument de 10 ans Die Gute Folia. Ravi pour sa première participation au Jumping International de Dinard, le jeune homme basé près de Gand avec une vingtaine de chevaux, montait également un Derby pour la première fois de sa carrière et s’est promis de revenir en 2022.
Le cavalier irlandais Dermott Lennon, en selle sur Gelvins Touch, s’est classé à la 2e place avec un score de 4 points et un chrono de 172’’23.
Meilleur français et classé 3e de l’épreuve avec Ascot des Ifs, 11 ans, Thomas Rousseau, installé à Pont l’Evêque (14) qui participait pour la 3e fois en douze ans au Derby de Dinard. « Il faut disposer de chevaux qui s’adaptent à ce genre de difficultés, ce qui n’est pas toujours le cas. » Le cavalier a précisé ne pas avoir préparé spécialement ce Derby de la Laiterie de Montaigu, et avoir choisi de faire confiance à l’influx naturel et à la bonne volonté de sa monture, qui a rejoint ses écuries il y a 2 ans. « Ascot a eu un léger problème de santé qui a perturbé sa préparation physique en début de saison, c’est pourquoi j’ai veillé à ne pas le bousculer et de prendre le temps de le reconstruire entre deux obstacles, sauf s’il décidait lui-même de développer son galop. Je suis ravi de son parcours. Il est très généreux. »